Stages et week-ends de création littéraire

En résidence, in situ / à la demande, in ou hors situ

 
 
 

En résidence :

 
 
 
Ils se déroulent dans les Alpes de Haute Provence,
sur le flanc nord de la montagne de Lure, en surplomb de la vallée du Jabron, à l’écart des routes et des villages, en lisière de forêt, à bordure d’étang, entre ciel et terre.
 
 
Le réel c’est le visible et l’invisible.
 
                                                                       Roberto Juarroz, poésie et réalité, Lettres Vives
 
 
Le propos des stages est la création littéraire.
Chaque atelier est ouvert à la relation, à ce qui circule entre la forme et le fond,
à ce qui agit et agite le texte.
 
 
La création dans l’atelier c’est faire, défaire, sculpter, écrire, lire, inventer, se perdre, découvrir, creuser, rêver, écouter, sentir, émonder, exprimer, déambuler, revenir, réécrire, tracer, entendre, partager, avancer, reculer, s’émerveiller, s’aventurer, ouvrir, se taire, regarder, voir.
 
 
 
Quand il est impossible d’écrire un mot,
de faire tenir debout une brique sur la mer, de coucher sur la table un copeau d’amour de la langue… Tout commence.
                                                                                             
                       Jacques Dupin, écart, POL
 
 
 
L’enjeu de chaque stage est la mise à jour d’une forme, l’exploration d’une thématique.
Par « forme » nous entendons ici un rythme, un souffle, un mouvement qui se traduit tout autant dans le style, la voix, que dans l’architecture du texte :
récit, poème, fragment, carnet de voyage, polyphonie, etc.
Par « thématique » nous entendons un espace, une tonalité de l’imaginaire
 
 
 
L’écriture est un voyage.
Chacun (e) est accompagné dans sa traversée en écriture
 par la formatrice,
par le groupe,
 par la réflexion,
 par la parole posée sur les textes écrits ;
 temps de retour permettant à chacun
de se re-lire, de se re-lier,
d’aller au plus près de son écriture singulière.
L’écrivant-voyageur a pour viatique l’encre et les livres,
Il a pour embarcation la page et l’intention.
 
 
 
                                                                                  … parce que
                                               je ne voudrais pas que le langage
    se referme sur soi.                                                 je ne voudrais pas
                                        que le langage se referme sur moi.
 
 
                                   …      la blancheur sur laquelle j’inscris, sur moi
    l’emporte, comme la terre emporte.                          mais j’inscris
    sur la terre.
 
                                                           André du Bouchet, sur un gérondif, l’Ire des Vents
 
           
                                              
 
 
Les stages ou l’espace-temps de l’écriture.
La venue en stage signifie aussi une mise à distance du quotidien,
un éloignement, un déplacement propice à l’entrée en création, car
le retrait, l’écart, le pas de côté
sont favorables aux retrouvailles de soi, de ses cheminements intérieurs
et à l’avènement de sa propre langue.
 
 
 
 
L’accueil se fait, à la belle saison, dans une maison-ancienne bergerie,
pour les ateliers et le déjeuner,
dans un gîte au village pour le dîner et les nuits. 
Pour se rendre de l’un à l’autre, le plus beau c’est à pied par une minuscule route
entre les arbres et passant deux ruisseaux,
le plus rapide c’est la même minuscule route (2kms), mais en voiture…
 
L’hiver, les ateliers se déroulent dans une grange restaurée en salle culturelle,
à deux pas du petit torrent le Jabron, à l’écart du village de Curel (5kms du gîte)
et tous les repas se prennent au gîte.
 
 
Certains stages peuvent être proposés dans un lieu particulier
en accord avec le fond et la forme de l’écriture à venir.
Ainsi vous pouvez être conviés à nous rejoindre en montagne
pour l’écriture d’un récit déambulatoire…
D’autres fois, nous pourrons nous retrouver en campagne, en bordure océane,
dans tel ou tel lieu « porteur » d’une écriture ancrée dans l’expérience du paysage…
 
 
L’art est aussi réel que le monde.
 
                                                           Henri Maldiney, l’art, l’éclair de l’être, Compac’t
 
 
 
 
Pour plus de renseignements sur les ateliers d’écriture en eux-mêmes, vous pouvez aller lire ce qui s’écrit derrière l’étoile Megrez.
 
 
 
 

Stages  « à la demande »

 
 
 
 
Ce sont des stages d’ateliers d’écriture,
 
ou des stages d’ateliers
 
écriture et peinture,
écriture et photographie,
marche et écriture,
écriture et livres singuliers,
écriture et land art.
 
 
 
 
Signes des dix mille façons d’être en équilibre dans ce monde mouvant
        qui se rit de l’adaptation
Signes surtout pour retirer son être du piège de la langue des autres
(…)
Signes, non pour être complet, non pour conjuguer
mais pour être fidèle à son « transitoire »
Signes pour retrouver le don des langues
la sienne au moins, que, sinon soi, qui la parlera ?
 
 
                                   Henri Michaux, Face aux verrous, I. Mouvements,
                                               Gallimard, Pléiade, OC II 
 
 
 
 
Les stages « à la demande » sont conçus pour :
 
une association,
une institution,
un groupe de professionnels,
une compagnie de théâtre, de danse,
un collectif d’artistes,
une collectivité locale ou territoriale,
une médiathèque, une bibliothèque, une maison de jeunes, un foyer rural, etc.
 
et pour
tout groupe constitué librement de cinq à dix- douze personnes
 
Les stages « à la demande » sont 
sans limitation de zone géographique.
 
 
 
Il sont animés par une formatrice de terres d’encre accompagnée, selon le projet, par des artistes (plasticien-ne, photographe, etc.) avec lesquels nous co-animons régulièrement des stages et des formations et qui ont tous une pratique du dialogue écriture et arts plastiques.
 
 
La construction des projets : l’élaboration du contenu des stages (conception du rythme de l’ensemble du stage et conception du contenu des ateliers) s’effectue en fonction de la demande du groupe concerné.
Cette demande peut être précise quant à son objectif mais elle peut aussi s’exprimer dans un ressenti, un désir, une aspiration ou une intention.
 
 
La durée des stages varie de trois à cinq jours (en continu) . Elle peut également prendre la forme d’un cycle de deux, trois ou quatre stages (de 3 à 5 jours) répartis sur une ou deux années.
 
 
L’organisation matérielle (lieu, hébergement, repas, etc.) est prise en charge soit par le demandeur, soit par nous-mêmes, au choix.
 
 
 
 
Seul, dit un proverbe anglais, celui-là rapporte la fortune des Indes qui emporte la fortune aux Indes.
Pour rapporter le livre de la montagne, il faut être « porteur d’un  livre dans la montagne ».
 
                               Henri Maldiney, l’Ire des Vents,
                                                          Espaces pour André du Bouchet

 






atelier écriture