Les ateliers d'écriture

Ne demeure que ce qui est fondé poétiquement.

 
Hölderlin
 
 
 
 
L’atelier est un espace-temps dédié à la création
et à la découverte : le texte devenu le champ visible
de l’aventure intérieure.
 
La question de l’atelier est celle de l’apparition
et de la mise en forme
du sans voix.
 
L’atelier accompagne la venue à l’écriture
par des propositions d’écriture conçues comme des ouvertures
et par des lectures de textes racines (des essais, des pensées)
et de textes sources (toute la littérature).
 
L’atelier met en place les conditions favorables à l’expérience
du processus de création,
à son émergence et à son partage.
Il participe à l’avènement de la voix singulière de chacun(e).
 
L’éthique (l’esthétique) de l’atelier
repose sur le fil tressé de l’intention et de l’attention.
 
 
 
 
 
 
 
Tout cela n’est pas grand-chose,
toute la peinture, sculpture, dessin,
écriture ou plutôt littérature.
Tout cela à sa place et pas plus.
Des essais c’est tout.
 
Oh merveille !
 
 
                Alberto Giacometti
 
 
Ecrire en atelier c’est oser écrire, c’est s’autoriser à écrire.
 
Ecrire en atelier, c’est écrire.
 
 
 
Ecrire en atelier c’est rencontrer la solitude essentielle qui permet aux mots de venir dans la main, dans la bouche aussi, le corps entier tendu vers l’espace du papier.
Mais c’est une solitude protégée et partagée par la présence du groupe, par le soutien engagé de celle qui crée « l’instant de saisissement »* nécessaire à l’émergence des premières formes, / une image, une sensation, une émotion, un paysage, une mémoire, un désir, - quelques premiers mots qui devancent /, et puis qui accompagne la traversée jusqu’à la lecture du texte, puis quelques pistes soulevées et c’est réécriture peut-être et lecture toujours.
* cf. Didier Anzieu
 
 
La solitude de l’écrivain, cette condition qui est son risque, viendrait alors de ce qu’il appartient, dans l’œuvre, à ce qui est toujours avant l’œuvre.
 
                                                           Maurice Blanchot, l’espace littéraire
 
 
 
Ecrire en atelier c’est réaliser une opération alchimique : incorporer l’atelier extérieur / ce qui est proposé comme ouverture d’écriture, comme atelier proprement dit  / et le métamorphoser en atelier intérieur / ce qui fait correspondance en moi et déclenche ou suscite une écriture qui vient dire ce que, sans le savoir, je portais en moi et venais écrire.
 
On n’écrit pas ce qu’on veut.             Gustave Flaubert
 
 
 
 
Ecrire en atelier c’est accepter de ne pas « savoir » et faire le saut dans l’inconnu.
 
Ecrire.
Je ne peux pas.
Personne ne peut.
Il faut le dire : on ne peut pas.
Et on écrit.
 
C’est l’inconnu qu’on porte en soi : écrire, c’est ça qui est atteint.
C’est ça ou rien.
 
                                                           Marguerite Duras, écrire
 
 
 
Ecrire en atelier c’est une énergie commune / tout écrit / qui porte et supporte l’aventure singulière que chacun(e) vit avec son écriture. Il n’y a pas de témoin à l’aventure, pas de savoir extérieur, pas de pouvoir sinon le pouvoir-être de chacun(e), c’est pourquoi les formatrices en atelier d’écriture écrivent pendant les ateliers tout en étant attentives et disponibles au groupe et à chacun(e) et au service du texte. C’est ça leur métier, ça, avec la création même de chaque atelier qui, jamais, n’est reproductible.
 
 
 
L’aventure de la création
est le fondement, la structure et l’horizon des ateliers d’écriture.
 
 
 
 
 
 
Je ne parle qu’au singulier
qu’au sanglier                        à la première personne
au dernier venu
 
 
                                   au lecteur
inconnu derrière le masque
 
 
au solitaire de la harde
 
 
à son grognement
dans ma vitre chaque nuit
 
 
                                   Jacques Dupin
 
 
 
 
Pour nous qui vivons de plus en plus entourés de masques et de schémas intellectuels, et qui étouffons dans la prison qu’ils élèvent autour de nous, le regard du poète est le bélier qui renverse ces murs et nous rend, ne serait-ce qu’un instant, le réel, et,
avec le réel, une chance de vie.
 
                                                                                  Philippe Jaccottet, l’entretien des muses
 
 
 
 
La fonction de l’artiste est ainsi fort claire :
Il doit ouvrir un atelier, et y prendre en réparation le monde, par fragments,
comme il lui vient.
 
                                             Francis Ponge, méthodes
 
 
 
 
 
 
A l’écart, soudain de la signification             -           au travers de celles qui
sont dévolues ou auxquelles, d’autorité, on me renvoie,       j’entends
une parole.
 
                                                                                  André du Bouchet, l’incohérence
 
 
 
 
 
 
Alors je vante le vent par ma lucarne ouverte
 
                                                                                  Valérie Rouzeau, Vrouz
 





Vous êtes ici : Les ateliers d'écriture
atelier écriture