Formation à l'écriture comme outil d'analyse de pratique

la praxis, l’écriture, l’analyse, la pensée, le singulier, le collectif, l’écriture, la réflexion, la construction

 
 
 
 
écrire c’est écrire.
 
Ecrire sa pratique, c’est tout à la fois :
 
  • Dire je / incorporer, énoncer, prendre conscience, distancer, (re)trouver, penser
  • Dire nous / donner, recevoir, écouter, découvrir, mettre en commun, analyser, penser
  • Construire le collectif avec des singuliers
  • Mettre en forme et donner à voir et à penser un territoire commun
  • Partir de la praxis de chacun et aller vers la praxis de tous
  • Laisser trace de l’expérience professionnelle
  • Faire sens
  • Construire, bâtir
  • Transmettre
 
 
Bâtir ne consiste pas à implanter par force, comme son signe propre, une construction dans un paysage ignoré.
 
C’est aménager un rythme qui fasse passer de l’état d’errance et de perdition à un état de reconnaissance, (...) reconnaissance de soi-même dans son existence, non pas reclus en soi, mais suspendu à sa propre ouverture que dans cet instant-lieu elle intériorise à soi.
 
Henri Maldiney, Avènement de l’œuvre
 
 
 
 
Ce que nous pouvons dire d’une écriture au service d’une pratique professionnelle :
 
 
L’écriture devient l’espace-temps de l’élaboration consciente d’une pratique. Par là, elle devient le lieu de rencontre entre les différentes pratiques et le lieu d’élaboration d’une praxis commune où les individualités cessent d’être opposées ou divergentes ou indifférentes ou séparées pour devenir complémentaires, parties prenantes du tout.
 
L’écriture comme outil d’émergence d’une cohérence éthique, pédagogique, structurelle – une cohérence en termes de pratiques singulières au sein d’un collectif qui toujours reste à créer.
 
L’écriture comme lieu de questionnement des pratiques et par là comme lieu de la question du sens. C’est par le sens (re)trouvé que chacun peut (ré)investir un projet professionnel et (ré)orienter sa pratique vers l’essence même de celle-ci.
 
Ce que nous proposons est un voyage :
 
 
C’est un dispositif d’écriture qui va du singulier au collectif pour revenir au singulier de toute pratique comme élément constituant du collectif.
 
Ce dispositif d’écriture est aussi un dispositif de lecture ;
  • tout d’abord se lire : prendre conscience de ses faits et gestes et paroles mais aussi de ses représentations, de ce qui les sous-tend et les anime, du pourquoi et du comment, de l’origine, du chemin et du présent de sa pratique professionnelle
     
  • puis, lire l’autre : découvrir la face cachée du chemin, écouter, comprendre, entrer dans sa démarche, appréhender sa pratique, les écarts, les ressemblances, le lieu commun
 
Ce cheminement de l’écriture à la lecture se poursuit par une réécriture collective devenue l’invention et/ou la redynamisation de la praxis dans laquelle chacun peut et doit trouver sa place pour que l’aventure commune soit aussi l’aventure de chacun.
 
 
 
Les outils dont nous disposons :
 
Le récit de pratique-s et la langue qui l’énonce.
L’autobiographie professionnelle ou les aventures du sujet jusqu’à l’aujourd’hui professionnel.
La lecture, la parole, l’analyse.
La réécriture : des récits de pratiques individuelles au récit de la pratique collective.
 
 
 
Le rythme :
 
Des temps d’écriture individuelle : les récits de pratique, les autobiographies professionnelles et des temps d’écriture collective : articulation des récits singuliers jusqu’à la réécriture « du » récit collectif.
 
Entre les deux temps, lectures, paroles, analyses.
 
 
 
 
Organisation matérielle de la formation :
 
 
Module de trois ou cinq jours.
Contenu : le contenu détaillé de la formation sera élaborée en fonction de la demande de la structure et de la spécificité du groupe.
Lieu : sur le site du collectif (institution, association, équipe, etc.)
Groupe : de 6 à 15 personnes
 
Coût : 600€ la journée (7h)
 + déplacements (tarifs sncf)
 + hébergement-restauration : 100e/jour,
soit : 700€ la journée + les déplacements (un aller-retour)
 
 

 






atelier écriture