Formation écriture et arts plastiques

Pas plus qu’il ne suffit d’être malade pour être artiste il ne suffit d’être bien portant ; et pas davantage il ne suffit d’être artiste pour être malade ni pour être bien portant.

Toutefois, malgré la solidité de ce carré d’évidences, il peut s’y produire une faille : il peut suffire d’être artiste pour être bien portant dans « le moment même du faire-œuvre ».
« Se bien porter » signifie alors : réussir à se porter soi-même ou, tout au moins, à se soulever jusqu’à soi.
 
 
                            Henri Maldiney, Art et existence, Klincksieck
 
 
 
 

Cette formation a deux adresses, et donc, deux formes :

 
 
  • Elle s’adresse à des personnels soignants en psychiatrie ou à des personnels éducatifs travaillant dans des centres spécialisés et dans ce cadre, son contenu est élaboré d’une part, en fonction des personnes qui bénéficieront plus tard de la mise en place de ces ateliers, d’autre part en prenant en compte  la relation psychose et création et/ou troubles psychiques et création et – bien sûr, en travaillant la question du processus de création et du lien singulier écriture et gestes plastiques.
     
  • Elle s’adresse à tout groupe institutionnel, associatif ou librement constitué qui souhaite mettre en place, dans le cadre de ses activités, des ateliers de création écriture et arts plastiques. Son contenu est donc élaboré en fonction du « style » des personnes qui bénéficieront de ces ateliers, en fonction du projet du groupe en formation et en prenant appui sur la question du processus de création et de la relation singulière écriture et gestes plastiques.
 
 
 
Quelle que soit l’adresse, la formation repose sur quelques partis pris :
 
Nous empruntons ces « phrases », tâchant de les faire nôtres, car elles sont quelques axes de notre réflexion et de notre pratique et elles disent aussi quelque chose de notre « filiation ».
 
 
 
Les mots ne sont pas des pensées de même que les tâches de couleur ne sont pas de la matière brute. (…) Celui qui est voué aux mots regarde vers ce à quoi atteint celui qui s’en est allégé. Réciproquement, le peintre est aimanté par ce qu’il n’a pas : le tremblé de ce qui s’évade sans errance.
(…)
Il y aurait ainsi dans la rencontre des deux pratiques aussi divergentes comme l’utopie d’un point de plénitude où l’axe du monde serait d’autant mieux affirmé que ses deux pôles les plus contraires seraient équilibrés, et même plus, cet équilibre serait actif puisqu’il reposerait sur le dialogue.
 
                                               Yves Peyré, le livre du dialogue
 
 
 
Je ne fais aucune différence entre peinture et poésie.
 
                                                               Juan Miro
 
 
 
Grâce aux arts, on montre sans avoir à démontrer, et, quand le créateur se dépouille de tout préjugé esthétique, ils constituent l’un des derniers réduits où l’homme d’aujourd’hui peut trouver la liberté de s’interroger sur la société et de l’ébranler.
 
                                               Antoni Tapies, la pratique de l’art
 
 
 
 
Chaque forme est libre et individuelle. Chaque forme est un monde.
 
                                                                                                          K.Malevitch
 
 
 
 
 
La force du pouvoir créateur ne peut être nommée.
Elle reste en fin de compte mystère.
Car n’est pas mystère
Ce qui ne nous ébranle pas
Au plus profond de nous-mêmes.
Cette force doit fonctionner
En symbiose avec la matière
Pour donner naissance
A une forme réelle et vivante…
La mise en forme c’est la vie.
                                                           Paul Klee, Le journal
 
 
 
 
 
L’art ne rend pas le visible, il rend visible.               Paul Klee
 
 
 
 
 
Ainsi l’œuvre n’est pas une simple compensation ou une pure suppléance, un pansement apposé à une blessure personnelle, mais réalise un changement de plan, la transposition visible et communicable d’une atteinte intérieure sur la scène extérieure.
 
                                               Patrick Martin-Mattera, théorie et clinique de la création
 
 
 
 
Le poème s’approprie le temps, le tableau retient, définit l’espace.
 
                                               Edmond Nogacki, Orion pigmenté d’infini
 
 
 
L’artiste enregistre à la fois le spectacle extérieur et le flux intérieur, l’oscillation infinitésimale de notre présence au creux de la durée, à la crête de l’étendue.
 
                                               Jean Leymarie
 
 
 
 
Le projet esthétique est un projet existentiel fondamental.
 
                                               Jean Oury, essai sur la création esthétique
 
 
 
On ne rêve pas profondément avec des objets. Pour rêver profondément, il faut rêver avec des matières.
 
                                               Gaston Bachelard, l’eau et les rêves
 
 
 
La peinture met en visibilité l’inter-dit. (…)
Les empreintes de l’écriture s’inscrivent dans le creux de la psyché et portent la parole au-delà du souffle même qui l’anime.
 
                                               Céline Masson, l’angoisse et la création
 
 
 
Ce que j’essaie de vous traduire est mystérieux, s’enchevêtre aux racines mêmes de l’être, à la source impalpable des sensations.
 
                                               Jean Gasquet, Cézanne
 
 
 
 
Une légende colporte que Fou Hi inventa l’écriture en reliant ce qu’il avait vu dans le ciel aux traces laissées par des oiseaux dans la vase d’un marécage.
 
                                   Claude Margat, poussière du Guangxi
 
 
 
Organisant le sensible en configurations porteuses de sens, la perception est déjà une forme de langage, elle a un « style », révélateur d’une « certaine manière de se rapporter au monde ».
Il y a donc une filiation entre l’expérience sensible et la création artistique et littéraire.
 
                                   Michel Collot, paysage et poésie (citant M. Merleau-Ponty)
 
 
 
La parole de Blanchot : « qui n’appartient pas à l’œuvre comme origine ne fera jamais œuvre » ne signifie pas que l’œuvre est là d’avance, mais que l’origine et l’horizon de la création ne sont là qu’avec l’œuvre.
(…)
L’œuvre est en l’artiste en souci de son essence. Mais son essence n’est pas là d’avance ; elle ne se révèle qu’à la fin, en existant, c’est-à-dire dans une œuvre où les formes, qui « existent », ont leur auto- genèse.
 
                                   Henri Maldiney, existence, crise et création
 
 
 
Vivre, vraiment vivre une image poétique, c’est connaître dans une de ses petites fibres, un devenir d’être qui est une conscience du « trouble de l’être ». L’être est ici tellement sensible qu’une parole l’agite. « Cette sorte d’égarement qui nous est propre doit s’insérer dans notre travail. » Rainer Maria Rilke 
 
                                   Gaston Bachelard, poétique de l’espace
 
 
 
 
Etablir par le texte - s’il est écrivain - à la fois une distance et une proximité suffisante avec les mouvements pulsionnels qui l’encombrent pour leur donner un corps, fût-il de papier.les neutraliser sans les nier, s’en délivrer sans les détruire.
 
                                                                                  Didier Anzieu, créer détruire,
                                                
 
 
 
L’atelier est une matrice avec vue.
 
                                      Dylan Thomas, France Culture, 1999
                                       
 
 
 
 
Quelque soit l’adresse de cette formation, la méthodologie demeure identique :
Il s’agit d’un aller-retour permanent entre l’expérience de création en atelier (écriture et peinture, encres, collages, photographies numériques, pastels, crayons, fusains) et l’analyse de cette expérience / les postulats théoriques qui la sous-tendent et la réflexion théorique que l’expérience suscite.
En d’autres mots, la pratique est fondée puis « éclairée » par la théorie qui elle-même vient s’incarner dans la pratique qui elle-même convoque la théorie qui…
 
 
 
Les contenus de formation varient en fonction de l’adresse de la formation, il demeure cependant quelques invariants :
 
  • les différentes étapes du processus de création
  • l’élaboration des propositions de création (écriture et gestes plastiques) en fonction de ce processus et des personnes en atelier
  • l’écriture, la spécificité de la langue écrite
  • le geste plastique et la spécificité de la forme
  • le dialogue écriture et signes plastiques
  • l’accueil et les retours formulés des productions écrites et plastiques, le singulier et le collectif
  • le cadre de l’atelier, éthique et posture
  • l’analyse de pratique et la projection vers des pratiques individualisées au sein d’un collectif
  • quelques techniques-formes / langue écrite / gestes plastiques / matériaux et outils
  • l’expérience de création en atelier et les différents possibles (livres, carnets, pages, individuel, collectif, etc.)
 
 
ce qui varie est en interdépendance avec la spécificité des ateliers projetés par le groupe en formation (enfants, adolescents, adultes, patients hospitalisés, personnes en souffrance psychique, lecteurs des bibliothèques, adhérents de foyers ruraux, mjc, etc.) / de fait, la relation adolescence et création suppose d’autres paramètres à prendre en compte que la relation psychose et création, etc.
 
 

durée(s) et lieu(x) de la formation :

 
la durée est quelque peu modulable /
 
soit 5 jours en continu (une semaine),
soit deux fois 3 jours,
soit trois fois 2 jours
soit, 5 jours en continu puis, plus tard, une fois 3 jours pour « creuser le sillon » après que vous ayez pu faire l’expérience d’animer vos propres ateliers.
 
Le lieu /
 
Nous pouvons, soit vous accueillir (accueil en gîte au village – Alpes de Haute Provence - et grande salle de formation en pleine nature), soit nous déplacer vers votre lieu (aucune limite géographique, simplement si nous sommes très éloignés de vous, le module d’une semaine sera plus adapté).
 
 
Les formatrices :
 
Une formatrice terres d’encre et une plasticienne ayant une grande pratique du livre d’artiste.
Toutes deux ont déjà animé ensemble de nombreuses formations et stages écriture et arts plastiques.
 
 
Le coût est variable en fonction de la durée et du lieu de la formation (si nous nous déplaçons, si nous vous accueillons).
Toutefois la base est de 200€/jour par personne, matériel et documentation compris.
 
 
Le nombre de personnes en formation :
Groupe de 6 à 12 personnes
 
 
 
Un programme de formation détaillée sera élaboré à partir de la demande des groupes ou institutions, en fonction du projet et de sa destinée ainsi que du temps de sa mise en œuvre.
 
 

 






atelier écriture