Les newsletters

ce 17 mai 2018
 
 
 
J-9 pour les Petits Toits du Monde
 
 
IL FAUT CONSTRUIRE DES CABANES.
OUI, NOUS HABITONS VOS RUINES, MAIS ;
OUI, CECI EST UN PROJECTILE .
J’UTILISE POUR ECRIRE LES ACCIDENTS DU SOL .
ALLER VERS L’ARBRE.
 
 
                        Jean-Marie Gleize, Trouver ici, reliques & lisières, Seuil,
 
 
 
 On se réveille comme si rien n’avait eu lieu. On a survécu au sommeil.
En une heure on a dormi une vie entière. On veut le matin et on ne veut
pas le matin. On espérait que les magasins obstinément ouvrent la nuit la
bibliothèque la nuit les rencontres la nuit on veut les services les médecins
on veut l’écriture on la sent elle s’agrippe à nos mains alors on masse nos
pieds s’en défaire par la crème la douceur le parfum.
 
 
                        Anne Malaprade, notre corps qui êtes en mots, isabelle sauvage
 
 
 
Le géant court sur la steppe, il court, courant il pense
à sa fiancée perdue, courir pense, ne pense pas qu’elle est perdue,
Que pense la steppe sous ses pas leur fureur
est terrible, que pense-t-elle de la pensée d’un géant qui court
et de la fiancée, il la tenait dans sa main,
la montait jusqu’au bord des yeux, qu’elle parle mais qu’elle
parle en se tortillant les doigts, assise là se tortillant
elle lui disait de jolies choses
qu’il ne comprenait pas, il était
heureux
heureux
heureux à cette époque
 
 
je veux joie, je veux joie, je veux joie.
 
 
                        Hélène Sanguinetti, Domaine des englués, la lettre volée
 
 
 
bris de coquillages cordes rompues tessons de bouteilles à demi enfouis dans le sable
le dernier des six ricochets
les jours sont là longtemps
je suis avec les choses à dire comme sur une barque qui prend l’eau
je ne peux promettre à la légère
je rêvais l’impossible lecteur
de mon bois sec je ne fis pas un feu
un simple mot tombe dru
ce que sont les choses ça va
 
 
                        Eric Sautou, une infinie précaution, Flammarion poésie
 
 
 
se balancer
faire voler un peu de poussière
ailleurs la guerre
de la poussière
 
 
soudain
 
 
plein la bouche
 
 
se balancer
se jeter contre
 
 
                        Brigitte Mouchel, événements du paysage, isabelle sauvage
 
 
 
 les mots me manquent
devant l’enfant qui pleure
toujours me manquent
 
          (...)
 
je regarde la mort
comme on regarde la lune
décroissante
 
(…)
 
dans les abattoirs
de la musique classique
pour laquelle des bêtes
 
 
                          Jacques Roman, Ephéméride, Le Cadratin
 
 
 
 
Dans le cerveau                                                                     ça
vous revient
ce goût de sel                                                                         sur la
langue
il y a                                       du rouge
                                                                                               des
dents cassées
du bruit                                   dans le crâne
ça coule                                  goutte à goutte
ça poisse                                                                                la
lèvre
                                               jusqu’à
l’oubli
 
 
                        Christian Vogels, Iconostases, Jacques Brémond
 
 
 
 
Ils seront toutes.tous là sous les Petits Toits du Monde les 26, 27 et 28 mai.
 
on est heureux de cela.
de leurs présences.
de leurs voix.
de ce que chacun.e porte.
apporte.
nous apporte.
 
auprès des poètes pré-cité.e.s (difficile l’écriture dite inclusive mais tellement juste, « au fond »),
 
des maisons d’édition « en personne » :
 
Jacques Brémond pour les édts Jacques Brémond
Michel Foissier pour les éditions Propos2éditions
Isabelle Sauvage et Sarah Clément pour les édts isabelle sauvage
 
des auteurs-artistes-éditeurs de livres d’artiste :
 
Odile Fix
Maty
Isabelle Sauvage
 
un plasticien, peintre et sculpteur
 
Philippe Guitton
 
et, nos partenaires, les libraires de la librairie La Carline de Forcalquier
 
 
et, bien sûr, en ange attentive et bienveillante, notre présidente l’écrivain Julia Billet.
et, bien sûr aussi,
toute l’équipe des arts de la table et
le magicien Erwan Sito qui transforme une salle communale en espace poétique.
 
 
pour vous remémorer le programme et, si vous le voulez bien, pour le faire circuler auprès de vous, le voici
 
 
 
d’autres rendez-vous d’écrire :
 
2 journées de géopoétique : marche, écriture et présence en paysage (vallée du Jabron)
samedi 19 mai et
samedi 2 juin
 
merci de vous inscrire auprès de nous par mail ou par téléphone pour que… nous vous attendions au départ et pour que l’on vous indique le lieu du rendez-vous à 10h.
 
prévoir de quoi écrire, marcher et un pique-nique, retour prévu pour 18h.
participation gratuite (seule l’adhésion annuelle est nécessaire)
 
 
les stages de création littéraire :
 
ils sont désormais tous complets sauf :
 
-          être de langage / du dimanche 15 juillet soir au samedi 21 juillet matin. (5 jours)
à Arvieux, en Queyras. stage dit « d’écriture à la table ».
il reste 2 places
 
      -     écriture en montagne / du dimanche 8 juillet soir au dimanche 15 juillet matin. (6 jours)
à Arvieux en Queyras. stage dit de « marche-écriture et présence en paysage ».
il reste 2 places
 
 
à chaque pas le vent pur       (koân)
 
pour revisiter plus en détail le « quoi » des stages, revoici le programme
 
 
 
lors de la dernière newsletter, nous vous faisions part de la fragilité de la survie matérielle des Petits Toits du Monde.
ceci nous avait amené à faire appel au « mécénat »… et,
nous remercions vivement celles et ceux qui ont manifesté leur soutien.
 
pour information, en date du 7 mai, nous avons reçu ce courrier émanant de la « direction de la culture, de l’éducation, de la jeunesse et du sport » du Conseil Départemental des Alpes de Haute Provence :
(extrait intégral moins les formules de politesse)
 
«  vous avez sollicité auprès du Conseil Départemental, une demande d’aide financière concernant la manifestation « les Petits Toits du Monde ».
J’ai le regret de vous faire connaître qu’il n’est pas possible de réserver une suite favorable à cette demande. »
signé : pour le Président du Conseil Départemental, la directrice de la médiathèque départementale Agnès Haili.
 
ainsi soit-il.
 
 
ici, les Petits Toits du Monde se préparent dans la joie,
 
joie d’accueillir les poètes les artistes les éditeurs les libraires et joie d’accueillir les partageurs de poésie, les lecteurs, les entendeurs, les regardeurs, les scripteurs, les créateurs,
les « acteurs du livre » comme ils disent
 
 
 
Elle est retrouvée !
Quoi ? l’éternité,
C’est la mer mêlée
     Au soleil.
 
 
Arthur Rimbaud, Une saison en enfer
 
 
 





atelier écriture