14 avril 2015

 

 

Ce 14 avril 2015
 
 
 
 
Je vis l’expérience d’une simultanéité du poème en prose et du poème en vers, allégoriquement d'un même bassin fluvial, avec cours d'eau, rivière souterraine, renversements, imbrications, le sous-sol devenant accessible. Et nous, guidés par des taupes. Il y a des pertes dans la rivière : et soudain l’eau s'engouffre dans un pertuis, résurge en aval. Il semble que l'eau ait une histoire, colorée et odorante. 
 
                                                                                              Patrick Beurard-Valdoye
entretien avec Nicolas Pesquès, Poezibao, avril 2015
 
 
 
il y a des moments où l’on est plus heureux que d’autres, simplement parce que ce qui est, est, ou bien comme c’est le cas aujourd’hui, parce que ce qui s’annonce, nous comble d’avance…  
non que nous en sachions l’exacte teneur ni même la saveur, mais parce que nous pressentons, à la lecture de quelques indices avant-coureurs que ce qui se prépare « correspond »…
 
ainsi, les samedi 23, dimanche 24 et lundi 25 mai,
se dérouleront les Petits Toits du Monde, et ce, pour une quinzième édition.
 
Tout entier dédiés à la poésie contemporaine et à l’art qui accompagne (à moins que ce soit la poésie qui accompagne l’art) (à moins que l’art et la poésie marchent à l’amble) (ou bien tout ceci est sans importance du moment que poésie du moment que art),
 
Les Petits Toits du Monde – Rencontre d’écriture-s, ont la joie d’accueillir durant trois jours
 
les poètes Patrick Beurard-Valdoye, Franck Doyen, Stéphanie Ferrat, Cédric Le Penven, Samira Negrouche et Thomas Pesle ainsi que le plasticien Jean-Gilles Badaire.
(pour poursuivre les parenthèses, on peut noter que Jean-Gilles Badaire écrit, que Stéphanie Ferrat peint, que Thomas Pesle sculpte et dessine, que…)
 
auprès d’eux, quelques éditeurs singuliers : éditions Approches, éditions Fidel Anthelme X, Propos2éditions et, bien sûr, nos partenaires amicaux des éditions Unes.
 
Chaque poète donnera trois lectures (le plasticien, parenthèses obligent, lira aussi) et tous ouvriront leur atelier pour un espace-temps d’expérience et de partage autour d’une réflexion liée à leur propre processus de création.
 
Erwan Sito créera, comme chaque année, l’espace poétique de la rencontre. Pour découvrir d’autres dimensions de son travail, vous pouvez « aller voir » à : www.erwansito.com
 
Ce qui prédispose à la rencontre ce sont parfois ces quatre vents qui se télescopent sur un nid d'aigle et l'instant d'un mot d'amour annulent les forces d'opposition.
 
                                                                       Samira Negrouche, hommage à René Char
 
Vous pouvez consulter le programme complet sur notre site ou bien : ici

 
 
 
 
Je viens de faire quarante-neuf petits dessins, quarante-neuf parures pour la mort. Mon rêve serait d’envahir les murs de milliers de dessins égrénés comme une vie sur l’épaule de l’autre.
 
                                               Jean-Gilles Badaire, je ne lave jamais mes dessins,
                                                                                  Fata Morgana, 2014
 
 
 
Après cette fête, et si vous le souhaitez, vous pouvez nous retrouver pour tenter ensemble l’expérience d’écrire lors de nos stages de création littéraire.
 
 
Les deux prochains stages se dérouleront en montagne :
 
 
Du 14 au 20 juin / «  dans le sillage de l’apparaître
                                               oscille la barque des images »
 
                                   un narrateur, en leur flux emporté,
                                   fasciné
                                   fugue des visions évanouissantes
                                   concerné, impliqué, transformé, révélé, un simple passager fait
                                   récit du voyage.
                                   (figures fortuites sur l’océan du large)
 
le stage (5 jours, accueil dimanche soir, départ le samedi matin) se déroulera en résidence au gîte des trois cols à Réallon (dans les Hautes-Alpes, parc des Ecrins, au-dessus du lac de Serre-Ponçon).
Le coût en pension complète et chambre pour deux : 560€
 
 
Du 12 au 19 juillet / stage nomade ; écriture – marche – paysage
 
                                   c’est marcher comme écrire comme ouvrir le regard
                                   c’est corps et paysage c’est souffle et vent
                                   c’est vagues d’alpage et roches et sentiers
                                   c’est tenir l’immense
                                   ne rien tenir
                                   on est porté.
 
                                   de cairn en cairn
                                   chacun et son chemin
                                   le rythme de sa langue
                                   le cœur battant des pentes
                                   l’espace d’écriture
                                   le texte du voyage.
 
Notre refuge-camp de base est un chalet d’alpage à l’écart du village d’Arvieux (Queyras)
Le stage (6 jours, accueil dimanche soir, départ dimanche matin) verra chaque stagiaire en autonomie quant à ses petit-déjeuner et pique-nique de midi. Pour les dîners, courses et cuisine tous ensemble.
Le coût du stage (ateliers, hébergement) est de 500€
 
            Par-delà ce tumulte
            qu’est vivre, aimer et mourir
            le ciel soudain s’éclaircit
 
            balayé par un grand vent blanc.
 
                                   Kenneth White, terre de diamant
 
 
 
Et si cette lettre d’avril n’est pas trop longue à lire et qu’encore on souhaiterait quelque vers en viatique…
 
 
            tout est tenu sauf le lièvre de l’aube
 
                                   Stéphanie Ferrat, roncier, atelier la Feugraie 2014
 
 
Et que le printemps nous émerveille par tous les temps...
 

 






atelier écriture