14 mai 2015

 

Ce 14 mai 2015
 
 
 
perdu ma langue
sous un tas de feuilles
 
l’odeur de branches brûlées
pour raconter l’histoire
 
 
                        Stéphanie Ferrat, roncier, atelier La Feugraie, 2014
 
 
Les Petits Toits du Monde, la quinzième rencontre d’écriture-s, s’approche(nt)…
Ils se dérouleront les 23, 24 et 25 mai,
dans la vallée du Jabron sise dans les Alpes de Haute-Provence,
à Noyers sur Jabron pour les lectures, les ateliers, les éditeurs, le salon du livre, l’expo Georges Perros… et
à Curel pour l’exposition des peintures du plasticien et sa lecture qui accompagne…
 
nous avons la joie d’accueillir :
 
les poètes
Patrick Beurard-Valdoye, Franck Doyen, Stéphanie Ferrat, Cédric Le Penven, Samira Negrouche, Thomas Pesle et Erwann Rougé en invité surprise et par amitié,
le plasticien 
Jean-Gilles Badaire,
l’ami, fondateur des éditions Unes, Jean-Pierre Sintive qui rendra hommage (lectures et exposition) au poète d’ « une vie ordinaire » Georges Perros,
l’ami, poursuiveur des éditions Unes, Françopis Heusbourg, qui tiendra un salon du livre poésie,
les éditeurs
Michel Foissier, Propos2éditions
Frédérique Guétat-Liviani, Fidel AnthelmeX
François Heusbourg, éditions Unes,
Erwann Rougé, éditions Approches, collection textes nus
 
Et,
bien sûr,
Julia Billet notre présidente écrivain ou écrivain présidente c’est selon, seule l’amitié ne varie pas,
Erwan Sito le magicien hirsute qui sait métamorphoser une salle polyvalente des campagnes en espace poétique… et qui sera aussi aux sons et lumières…
Manon à la buvette, souvent secondée par Nath,
Isabelle et son équipe en cuisine,
Et,
nous nous en réjouissons,
des retrouvailles avec vous, des rencontres nouvelles, des visites impromptues, des joies, des découvertes, de l’écoute, de l’écriture, du partage – comme un petit temps hors le temps tout entier dédié à la poésie, tout entier dédié à ce qui est - là…
 
un coup d’œil sur le programme ? c’est ici
 
 
 
 
si l’on se souvient que « poésie » c’est « poeïsis » c’est « faire »
et que l’on voudrait… faire,
 
c’est-à-dire tenter l’aventure d’écrire, risquer un souffle, un rythme, une langue, marcher à l’aveugle d’abord puis repasser dans ses pas pour en imprimer l’empreinte, en infléchir la direction, en creuser le sens, en lire la trace,
et partager cela qui avance au devant de la main et qui s’écrit,
alors,
durant l’été,
 
vous pouvez participer aux stages que nous proposons :
(il reste quelques places)
 
stages en résidence (5 jours) et en pension complète, écriture à la table :
 
du 14 au 20 juin : dans le sillage de l’apparaître
                             oscille la barque des images
stage dans les Hautes-Alpes (Réallon, gîte des trois cols)
 
 
du 19 au 25 juillet : les cercles sont venus
                                et le silence         autrement
stage dans les Alpes de Haute-Provence(St Vincent sur Jabron, c/o les terres d’encre)
 
 
du 2 au 8 août : l’invention des mémoires ; un récit
stage dans les Alpes de Haute-Provence(St Vincent sur Jabron, c/o les terres d’encre)
 
coût de ces stages (tout compris)  / 560€
 
stages nomades en résidence (6 jours) : marche-écriture
(marches douces, écriture au carnet, réécriture à la table, paysage tous azimuts)
 
du 12 au 19 juillet : écriture en montagne
stage dans le Queyras (camp de base : Arvieux, chalet d’alpage)
 
du 12 au 19 septembre : écriture océane
stage en Bretagne, Finistère (maison au bord de l’Aber Wrac ‘h)
 
coût de ces stages (comprenant l’hébergement et les ateliers – petits déjeuners et pique-nique de midi en autonomie, partage des courses et cuisine ensemble le soir) / 500€
 
 
vous pouvez consulter le programme détaillé ici
 
 
 
Peser de tout son poids comme on marche, ce n’est pas s’enfoncer dans la glaise de la terre ou la « hylé » de la langue, mais se mouvoir avec elles dont l’appui se reforme à l’avant de chaque pas. La marche ou la parole qui se cherche dans son avancée ouvre en avant de soi, le Vide, le Rien, l’Ouvert, qui l’attire parce que depuis toujours impossible à combler.
 
 
                        Henri Maldiney, l’art, l’éclair de l’être, Compac’t 2003
 
 
 
                                        J’ouvre le livre :
                                        et les murs de ma chambre
                                        s’écartent. Puis
                                        ma peau s’ouvre,
                                        ma chair, mes
                                        entrailles s’ouvrent.
 
                                                                                  Ernst Meister, ombres, Fissile

 






atelier écriture