Avril 2018

Ce 10 avril 2018
 
 
 
 
Si je regarde un nuage, que tu es dedans, je monte dans le nuage ?
 
Comment monter là ?
 
Devenir nuage ?
 
Et comment     mienne  Aimée plus que mienne ?
 
Le faire descendre ?
 
Faire pleuvoir ?
 
Tu serais pluie, Perdue alors ?
 
Ou bien : comment faire descendre un nuage sans qu’il pleuve ?
 
Comment garder un nuage entier, en bas ?
 
 
                                    Ne pas retenir les chevaux
 
 
 
 
                                               Hélène Sanguinetti, Domaine des englués, la lettre volée
 
 
 
il y a ce jour des fleurs au prunus et à l’amandier mais pas encore de fleurs au cerisier.
il a pluie et vent la nuit dernière et ce matin la lumière délavée.
un pic est passé avec son chant de pic. a rejoint la forêt.
d’autres oiseaux plus loin. et des arbres. et le ciel par-dessus.
 
et dans la bibliothèque, des livres s’ouvrent.
se lisent et se relisent. se découvrent.
s’entendent.
 
quelque chose se prépare dans les pages. quelque chose qui est des voix. une langue.
 
c’est la 18ème Rencontre d’écriture-s.
ce sont Les Petits Toits du Monde.
 
 
c’est notre hommage à l’esprit des peuples nomades, à ces paroles qui franchissent montagnes et rivières, vallons et hauts plateaux, villes et frontières,
c’est notre désir de faire entendre ces voix, ici, simplement, sous les Petits Toits du Monde.
parce qu’elles nous importent.
parce qu’elles nous emportent et nous raccompagnent. chez nous. dans un pays de langue singulière et commune.
parce qu’elles nous étonnent, nous résonnent et viennent nous toucher là où nous logeons, dans l’intime (qui n’a rien de personnel).
 
et que notre joie c’est ce partage là.
 
soyez donc toutes et tous les bienvenu.e.s.
 
Les Petits Toits du Monde se dérouleront les
samedi 26, dimanche 27 et lundi 28 mai
dans la vallée du Jabron (04)
 
 
 
n’hésitez pas à le faire circuler à votre tour !
 
 
 
Les Petits Toits du Monde ont dix-huit ans. sont-ils majeurs ?
non, pas question de droit de vote ni de permis de conduire mais plutôt question de vivre -encore.
ils sont sur le fil.
ils ont été par le passé soutenus par le CNL et la DRAC mais cela fait beau temps que ce n’est plus le cas. ils sont actuellement soutenus toujours par notre mairie (petite), par le Conseil Départemental 04 et par le le Conseil Régional PACA. enfin, pour cette année, nous ne savons pas encore. nous en saurons davantage dans l’été et parfois en octobre.
pas de plainte. une constatation. une inquiétude.
et.
une proposition.
devenir mécène…
 
« en référence à Mécène, homme d’état romain et ami d’Auguste, célèbre pour avoir encouragé les diverses manifestations de la vie et de l’esprit.
devenu, au fil du temps, mécène : personne qui, par souci de favoriser le développement des lettres, des arts et des sciences, aide ceux qui les cultivent en leur procurant des moyens financiers … »
 
ainsi donc, par la présente, nous faisons, oui, un appel aux dons.
la démarche n’est pas facile.
nous avons toujours (et poursuivons) souhaité la gratuité (hors l’adhésion annuelle pour des questions évidentes d’assurance de l’association) (et hors la journée du lundi, déjà en soutien aux PTduMonde), mais force nous est de constater que le pain blanc est mangé.
d’autres (en dernier lieu le festival de poésie de Bazoches) ont déjà jeté l’éponge.
on voudrait éviter cela.
on ne voudrait pas que disparaisse cette Rencontre d’écriture-s.
que s’éteignent les voix portées des poètes.
que ne se réunissent plus celles, ceux pour qui ces voix font partie de l’air qu’ils.elles respirent et grâce auxquelles nous respirons. justement.
 
on ne fait pas un appel aux « fortunes », plutôt un geste, même petit, qui permette.
on ne cherche pas (plus !) à « se faire payer » pour un travail mais à pouvoir financer les Petits Toits du Monde. la nuance est importante. et exacte.
 
si ce message a des échos en vous, merci d’envoyer vos dons à terres d’encre, hameau de Fremezon, 04200 Saint Vincent sur Jabron.
et, si vous pensez à des « entreprises » (éthiques !) qui pourraient nous soutenir, merci de nous donner les contacts !
 
comme nous l’écrivions à l’instant, la démarche est difficile. mais la joie. intacte.
 
alors, mécène ou pas, soyez les bienvenu.e.s.
 
 
 
et,
reprenons les chemins d’ici.              Arthur Rimbaud
 
 
quelques rendez-vous d’écriture à venir /
 
 
géopoétique : marche et présence en paysage
 
samedi 19 mai / un plateau de déambulation pour une langue errante
 
samedi 2 juin / une trace presqu’à peine d’un passant de passage
 
participation gratuite (adhésion annuelle nécessaire)
merci de vous inscrire par mail ou par téléphone (pour qu’on vous attende !)
 
 
stages de création littéraire :
 
du dimanche 15 juillet au samedi 21 juillet / être de langageà Arvieux (Queyras)
il reste 4 places
 
du samedi 28 juillet au vendredi 3 août / cors, parole, souffle image / à St Vincent/Jabron
le stage est complet
 
 
stages nomades ; marche, écriture et présence en paysage
 
du dimanche 8 juillet au dimanche 15 juillet / écriture en montagne / à Arvieux (Queyras)
il reste 4 places
 
du samedi 8 septembre au samedi 15 septembre / écriture océane /  à Plougoulm, Finistère
il reste 3 places
 
du lundi 17 septembre au lundi 24 septembre / les mains du livre /  à Plouneour-Ménez, dans les Monts d’Arrée (Bretagne)
stage en co-création et en partenariat avec les éditions isabelle sauvage et se déroulant dans la lande ET dans l’atelier typo des éditions / co-animation terres d’encre et isabelle sauvage
il reste 4 places
 
 
au cas où vous n’auriez pas ou plus notre programme de l’année, il est ici
 
 
 
à propos des éditions isabelle sauvage,
en plus de « faire des livres », ils organisent d’autres actions au long de l’année, pat exemple un stage typo du 6 au 10 août et aussi un festival poésies & arts nommé « les possible(s) » #2, qui se déroulera du 10 au 12 mai entre Morlaix et Huelgoat en passant par Plounéour-Ménez…
tous les renseignements sur leur site : https://editionsisabellesauvage.wordpress.com et pour le festival : https://festivallespossibles.wordpress.com
 
 
 
 (…)
Je te demande de revenir au livre, de te glisser entre ses draps, d’y confier tes veilles, d’y suspendre tes inquiétudes. Je te supplie de toucher l’indocilité écrite : reviens à la douceur du corps-dit. Ceci est le mot d’amour, notre galette de soleil.
 
                                    Anne Malaprade, notre corps qui êtes en mots, isabelle sauvage
 





atelier écriture