Février 2017

ce 7 février 2017
 
 
que le soleil t’éblouisse
que l’incandescence de l’astre brille sur toi
qu’un rayon de lumière frappe ton front
que le soleil se lève sur toi
que la lumière t’envahisse
(…)
 
                        Christophe Tarkos, Le Signe =, POL 1999
 
 
aidé des mots vivants du poète disparu et, - avec retard -, recevez tous nos vœux,
en vrac, en pagaille,
- avec le cœur.
 
 
2017…
nous poursuivons les pistes d’écriture en partage, celles que certain-e-s d’entre vous connaissent bien et que d’autres peuvent découvrir s’ils ou si elles le souhaitent :
 
les stages de création littéraire en juillet et en août, en montagne et dans la vallée du Jabron
les stages nomades de marche-écriture et présence en paysage-s en juillet et septembre, en montagne et en bordure océane,
la résidence d’écriture en août et en montagne,
les journées de géopoétique en vallée du Jabron et les veillées d’écriture pour border les nuits d’hiver, toujours en vallée,
la Rencontre annuelle d’écriture-s « les Petits Toits du Monde » lors du week-end de Pentecôte, tout début juin en vallée avec les éditions isabelle sauvage en « invité d’honneur »…
 
et
nous innovons, nous associant à d’autres, dans la joie de l’invention commune et de l’aventure de création partagée :
 
tout d’abord, notre premier rendez-vous de l’année :
 
du samedi 18 mars 14h au dimanche 19 mars 18h :
 
de l’atelier du silence
à l’atelier de la langue
 
en co-création et en co-animation avec Marine Vassort de l’association « la lieuse »
 
c’est le silence d’avant l’intention du langage
le silence comme un espace vacant qui a absorbé le temps et
le récit
l’expérience proposée est une traversée hors la pensée et jusqu’à la langue
puis
nous lirons ce qui s’est écrit
 
pour cette traversée du (des ?) silence(s), nous vous demanderons d’apporter un tapis de sport (ou une couverture), un coussin pour s’assoir (ou un oreiller) et d’opter pour une tenue souple et ample afin que rien ne vienne faire obstacle à notre quête d’une langue venue d’une expérience de silence…
ce week-end est en autonomie quant à l’hébergement et aux repas, nous pique-niquerons tous ensemble le dimanche midi avec ce que chacun-e aura apporté en partage (petit rappel : tous les repas des stages terres d’encre sont végétariens, merci !)
coût : 100€
lieu : Cabine du Passavour (grande grange restaurée en espace culturel) à Curel, vallée du Jabron (04)
 
et, en Bretagne :
du samedi 9 septembre soir au samedi 16 septembre matin (6 jours) :
les mains du livre
écriture - typographie - geste plastique
en co-création et en co-animation avec Isabelle Sauvage et Sarah Clément
comme on fait le chemin, pas à pas,
on peut faire un petit livre, mot à mot, pli à pli.
il y a le texte ; les mots nous viendront du paysage et de son écho dans notre langue et
de sa résonance et
le texte sera soumis au format du « livre à venir » et
il y a ce qui accompagne la langue,
ce qui « dialogue » (Yves Peyré) avec
le texte, ce qui vient à côté et pourtant
dedans (monotypes, peintures, gravures, empreintes, traits...) et

il y a ce travail lettre à lettre, ligne à ligne,
le plomb mobile de la composition,
de la justesse, le travail de la presse
et de l’impression...
coût : 650€ en pension complète (le matériel typo et plastique est compris), hébergement dans un gîte et ateliers dans l’atelier typographique des éditions isabelle sauvage
lieu : Plounéour Ménez aux pieds des monts d’Arrée
 
mais,
bien avant tout cela, pour celles et ceux qui ne vivent pas trop loin de notre vallée des Alpes de Haute Provence,
soyez les bienvenu-e-s à la prochaine veillée d’écriture qui se déroulera le
vendredi 24 février, de 19h à minuit
deux ateliers séparés et reliés par un dîner « tiré de nos sacs »
ateliers gratuits, car faisant partie du « pays de l’écriture » (18ème année…)  qui est une  action soutenue par des communes, le Conseil Départemental 04 et le Conseil Régional PACA                     
/ qu’ils en soient remerciés /
 
découvrez le programme complet de l’année ici-même : plaquette terres d’encre page à page
 
Enfant, j’ignorais que les livres étaient écrits par les personnes. J’ignorais qu’ils étaient écrits. C’était de l’écriture, cela je l’avais sous les yeux, et j’aimais y aller, y demeurer.
Et les livres, je les aimais tout entière chaque fois qu’il m’en arrivait un - ce n’était pas une maison avec livres là où je vivais mais chaque individu-livre y entrant à l’occasion, était accueilli à l’égal des choses qui permettaient de vivre comme la nourriture, le charbon, les vêtements, le buffet, le robinet, le poste de radio.
                                               Christiane Veschambre, Basse langue, isabelle sauvage éditions
Christiane Veschambre sera avec nous cette année sous les Petits Toits du Monde
 
et, une fois n’est pas coutume et puisque nous en sommes aux lectures, j’aurai le plaisir de lire le 1er mars à Strasbourg, à la librairie Kléber en compagnie de James Sacré et de Cécile A. Holdban dans le cadre des actions poétiques de « poema » et sous l’hospitalité d’Isabelle Baladine Howald…
ce que j’y lirai se nomme « déménager l’enfance » qui est un livre à paraître dans huit jours chez propos2éditions (le livre sera disponible sur le site de l’éditeur).
 
on peut marcher longtemps sans qu’on sache bien
si quelque chose qu’on dirait mort est là près
ou si c’est comme encore le temps qui bat autrement.
                                   James Sacré, quelque chose de mal raconté
 





atelier écriture