Juin 2014

  

Ce 3 juin 2014
 
 
 
Dans une vie communautaire, quand la Mort vient, c’est une image qui disparait ; c’est mon semblable qui s’éparpille en mille facettes, laissant à nu cet « inaccessible Autrui », celui que j’ai toujours cerné sans trop le savoir, le « hors temps », l’obscur et la lumière ; la Chose la plus singulière, celle qui me fait signe dans sa singularité absolue.
Ça donne une certaine chaleur, une tournure d’esprit, une vérité des choses qu’on touche, un air « fondamental ».
 
                                   Jean Oury, Onze heures du soir à La Borde, Galilée, 1995
 
Jean Oury est mort le 15 mai dernier, veille d’un colloque de psychothérapie institutionnelle autour de la question de la transmission et auquel il devait participer sur Reims. Nous y étions pour rendre compte de notre expérience de création avec des patients et des soignants des hôpitaux psy. de Marseille.
Jean Oury, dans sa disparition, rejoint « notre » « communauté » invisible – celle qui fait –
« que l’on tient ».
 
A l’écart, soudain, de la signification
-(…), j’entends une parole
 
                        André du Bouchet
 
 
Et puis,
la poésie.
 
Nous vous espérons pour la 14ème édition de notre Rencontre d’écritures les Petits Toits du Monde qui se dérouleront le week-end prochain : 7, 8 et 9 juin à Noyers sur Jabron.
Des pancartes de bois vous indiqueront le chemin ; tout ceci se passe à l’écart du village dans une salle polyvalente posée en plein champ et transformée en espace poétique.
 
Des lectures (dans le désordre : Liliane Giraudon, Jacques Ancet, Cole Swensen, Jean de Breyne, Daniel Biga, Francis Coulaud), une table ronde autour de la traduction en poésie (avec les poètes-traducteurs et les traductrices Martina Kramer et Maïtreyi, animée par François Heusbourg), des éditeurs poésie (Collodion, Propos2éditions, Po&psy, L’Ollave), un salon du livre poésie tenu par les éditions Unes-Arts06, une exposition de céramiques d’Agathe Larpent, des ateliers de création proposés et animés par les poètes, une traductrice, notre présidente l’écrivain Julia Billet et l’artiste, un hommage rendu par Jean-Pierre Sintive au poète portugais Fernando Pessoa (lecture, exposition)…
 
Vous pouvez lire le programme détaillé ici :
 
 
samedi et dimanche, la participation est libre et gratuite (l’adhésion annuelle à l’association vous sera demandée : 10€).
pour la journée du lundi, une participation de 40€ est demandée (repas de midi compris et soutien à l’association), vous pourrez encore vous inscrire sur place le samedi.
 
Durant toute la rencontre, vous pourrez prendre vos repas sur place où une équipe cuisine travaillera avec cœur.
 
On est quasi prêt, on vous attend !
 
 
Pour l’été, si vous avez envie d’écrire en atelier :
 
 
Il reste quelques places :
 
-          Stage en résidence dans un gîte de montagne (Hautes-Alpes) : du 15 juin soir au 21 juin matin.
 
Unerzählt, l’inénarré
(un voyage)
(déplacement / écart / labilité / reconfigurations /
perméabilité du réel / porosité des niveaux)
Un narrateur, la figure du voyageur, s’arrache constamment à ce qu’il vit par la méditation, le rêve et le souvenir, et, le monde visité se révèle comme un univers de strates, en expansion permanente.
 
Horaires des ateliers : 11h-13h et 14h-19h
Si vous êtes « lève tôt », vous pourrez profiter du paysage en marchant, en contemplant, en rêvant. Si vous êtes « lève tard », rien ne change…
 
Cinq jours de création littéraire en résidence dans un lieu qui pourrait rappeler nos lectures de « la montagne magique », le côté sanatorium en moins…
 
Le coût du stage en pension complète (chambre à deux) est de 560€.
 
 
 
-          Stage en résidence sur les terres d’encre (Alpes de Haute Provence) : du 20 juillet soir au 26 juillet matin.
 
pour une poétique
« et le reste
n’est-il par le souvenir détruit »
                              Hölderlin
Le temps sans temps de ce qui ne passe pas,
la mémoire refoulante, trouée et parfois submergée,
la circulation des figures,
les passages parallèles,
l’ordre fortuit des apparences,
ce qu’en opère l’écriture.
 
Cinq jours de création littéraire auprès des arbres et des fleurs avec la vieille montagne de Lure en horizon et les criquets.
Et l’écriture.
 
Le coût du stage (en pension complète) est de 560€.
L’hébergement est en gîte au village, les ateliers sont en retrait, à flanc de montagne, à 2 kilomètres de là.
 
 
 
-          Le stage en résidence d’août est complet ainsi que les stages nomades du Queyras et de la Bretagne, mais vous pouvez toujours tenter de vous inscrire en attente…au cas où…
 
 
Tout ce qu’on voit, tout ce qu’on touche n’est que la peau, le cuir, l’écorce, enfin la dernière surface d’une autre matière impalpable.
 
                                                                       Joseph Joubert
 
 
 
Et puis, qui sait, on peut aussi se retrouver sur Paris, place Saint Sulpice au marché de la poésie entre le 11 et le 15 juin. Disons, près de la fontaine…

 






atelier écriture